Une bien étrange douceur | #cematindansmonjardin

Mis à jour : mars 19


Depuis que j’habite un jardin peuplé de bêtes à poils et à plumes je rêve d’en caresser les lièvres sauvages qui l’été me regardent faire du yoga et méditent avec moi sous les ramures japonisantes du grand févier. Ils s’approchent bien près, s’endorment quand je leur chante des OM mais d’un bond s’écartent, à peine, quand l’air de rien je laisse mon bras télescoper trop loin ma main en quête de câlins. Ils sont toujours à portée de main, mais à portée seulement, les p’tits malins !


Ils font si doux, presque duveteux, comme j’aimerais. Pourtant cela me plait qu’ils restent inaccessibles, c’est beau l’inaccessible, ça force l’humilité. Il reste si peu de choses sur lesquelles l’humain n’a pas posé son empreinte que leur inaccessibilité me devient sacrée.

Mais aujourd’hui point d’inaccessible, du sacré oui !


J’ai bercé un lièvre.


Pendant une demi-heure je lui ai murmuré des mots doux tandis que son œil fixait mon âme avec une bien étrange douceur.


Lui et moi et la neutralité du monde.


J’ai cherché sur son corps ce qui pourrait me guider afin de l’aider, mais quand l’instant présent s’est mis à pulser dans chacune de mes cellules et qu’à nouveau j’ai reconnu ce silence dense et assourdissant qui ouvre les portes, j’ai su qu’il ne me restait plus qu’à donner de l’amour car ce qui allait s’accomplir était bien au-delà de ma compréhension. Et en effet, la grande porte s’est ouverte, ce jeune lièvre l’a franchie sans un cri, dans la plus essentielle simplicité. Nous humain faisons tellement de bruit pour une chose aussi élémentaire et naturelle. Son corps a dénoué les derniers liens, il s’est étiré de tout son long et dans un petit tremblement insignifiant, il est mort dans mes bras.


Je ne l’ai pas enterré, c’est la manière des hommes, pas celle des lièvres, je l’ai couché dans la forêt au fond de mon jardin, au pied d’un arbre et parmi de jeunes pousses printanières qu'il aurait à coup sûr boulottées. Peut-être dans une autre vie... Je lui ai souhaité bon vent par-delà la grande porte.


Tandis que j’écris ces lignes les oiseaux sont déjà à l’oeuvre et dans le bois un lièvre devient corneille… c’est le cycle implacable et sublime de la vie qui une fois encore me surprend là où je ne l’attendais pas. Beaucoup de leçons ces derniers temps… je prends, j’apprends…


Aujourd’hui sous la pluie et le ciel gris, un maître lièvre s’est allongé contre mon coeur pour caresser mon âme d’une mélancolie belle et paisible.


Comme j’aime la vie.


- Claire Armange


#finitude #impermanence #nature #animaux #spiritualité #clairearmangeblog


132 vues

© Claire Armange  -  claire.armange@gmail.com